Chevenement

Rédigé par Chevenement.fr le 12/09/2018

Entretien de Jean-Pierre Chevènement au Monde des Religions, propos recueillis par Virginie Larousse, édition de septembre-octobre 2018.

"J’ai conscience que ma sensibilité a été modelée par la religion catholique", confie Jean-Pierre Chevènement, républicain laïc, avant de préciser qu’il assume ce double héritage. Si le président de la FIF loue l’élévation de l’humanité qu’ont apportée les religions, il ajoute que la laïcité n’a jamais tué personne.

On ne présente plus Jean-Pierre Chevènement. Actif dans la vie politique française depuis les années 1970, ce républicain convaincu a assumé une multitude de fonctions, de député à ministre, de maire à sénateur, en ayant à cœur de ne jamais trahir ses convictions, quitte à en payer le prix. "Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l’ouvrir, ça démissionne", avait-il déclaré en 1983. Président de la Fondation de l’Islam de France depuis deux ans, il nous reçoit pour défendre sa vision d’une République farouchement laïque, tout en étant capable de laisser s’exprimer cet "élan religieux qui a sa place dans la vie de l’humanité". Rencontre avec un héritier de Jaurès.

Le Monde des Religions : Cela fait deux ans que vous êtes à la tête de la Fondation de l’islam de France. D’où vous vient cet intérêt pour le monde arabo-musulman ?
Jean-Pierre Chevènement : Natif des Marches de l’Est, je n’étais a priori pas tourné vers les problèmes de la Méditerranée. Mais j’appartiens à une génération qui a fait la guerre d’Algérie. J’ai été frappé de voir le mépris avec lequel ces populations étaient traitées et j'estimais que le pays devait être indépendant. À ma sortie de l’école militaire de Cherchell, j’ai choisi d’intégrer les SAS (Section administratives spécialisées), lointaines descendantes des "Bureaux arabes" constitués au XIXe siècle par des officiers ayant appris l’arabe, et qui ont toujours défendu les tribus contre la volonté d’expropriation des colons. Envoyé en Oranie, j’avais la responsabilité d’un poste composé de soldats musulmans et européens. Les musulmans ont eu la gentillesse de ne pas me faire un sort : il eût été facile pour eux, au printemps 1962, de se débarrasser de leurs officiers... Mais j’étais un grand adolescent inconscient des risques.

Par la suite, je me suis porté volontaire pour occuper le poste de chef du cabinet du préfet d’Oran, qui m'a confronté aux événements ayant conduit à l’indépendance le 5 juillet 1962. La ville était tenue par l’OAS qui nous prenait quotidiennement pour cible. La formule de De Gaulle est devenue mon viatique : "Puisque l’Algérie veut devenir indépendante, il vaut mieux que ce soit avec la France que contre elle". Ce n’est donc pas par hasard que je suis président de l’association France-Algérie depuis 2011. Pour autant, je m'intéresse au monde arabo-musulman dans son ensemble, d’autant que ma femme est égyptienne. Juive égyptienne, plus exactement, avec de beaux yeux verts (rires). J’ai parcouru à peu près tous les pays du monde arabe, comme ministre ou comme touriste !

Rédigé par Chevenement.fr le 06/09/2018

Une tribune de Jean-Pierre Chevènement, parue dans Le Figaro, édition du 6 septembre 2018.

La critique que l'establishment nord-américain exerce à l'égard de la politique de Donald Trump juxtapose de très nombreux griefs. Ainsi, l'ancien président Obama incrimine un réflexe de conservatisme émanant de couches sociales menacées dans leur «stabilité économique», leur «statut social», leurs «privilèges» ou leur «identité culturelle» (discours de Johannesburg du 17 juillet 2018). Cette critique trop rapide me paraît révélatrice d'une certaine tache aveugle qui dissimule à l'establishment nord-américain les fractures sociales engendrées par la globalisation dans les régions industrielles traditionnelles - ainsi la «Rust Belt» - et surtout la montée d'une inquiétude plus générale dans la société américaine: et si la globalisation conduisait non seulement à la désindustrialisation mais aussi à un certain déclin des États-Unis?

Rédigé par Chevenement.fr le 05/09/2018

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement

Benalla, Hulot, deux péripéties. Rugy illustre l’air du temps. Comme le marxisme à l'époque de Jean-Paul Sartre, l’écologie est l’horizon intellectuel de notre temps. De tout cela, le Président s’accommode.

Mais il n’a pas encore répondu au problème de fond : le défaut de compétitivité de l’économie française que traduit un déficit du commerce extérieur de près de 70 milliards d’euros, malgré une croissance plutôt poussive. Cette faible croissance plombe les arbitrages budgétaires. Tout irait mieux si la conjoncture se redressait. La seule solution serait une politique contra-cyclique à l’échelle de l’Europe que le gouvernement de Madame Merkel ne souhaite pas.

Heureusement pour le Président de la République, la coalition de ses opposants, dont aucun n’offre d’alternative, n’en constitue pas une non plus.

Le beau temps ne dure jamais toujours. Après les changements majeurs intervenus depuis 2017 aux Etats-Unis et en Europe, il y a des révisions à opérer dans notre politique. Je m’exprimerai bientôt sur ce sujet.

Rédigé par Chevenement.fr le 03/09/2018

Une tribune de Jean-Pierre Chevènement, parue dans Le Parisien, édition du 2 septembre 2018.

Dans toute démission, dans celle de Monsieur Hulot comme dans d’autres, il y a la forme et il y a le fond.

La forme en a surpris plus d’un, à commencer sans doute par le Président de la République.

Puis-je rappeler un souvenir ? A deux reprises, sur la politique industrielle et sur la guerre du Golfe, François Mitterrand m’a demandé de surseoir à ma démission de plusieurs jours et même de plusieurs semaines. « Vous n’allez pas démissionner la nuit, comme Rocard ? » m’avait-il ainsi interrogé le 29 janvier 1991. Nous sommes convenus que la passation de pouvoirs à l’Hôtel de Brienne se ferait le surlendemain et François Mitterrand connaissait ma décision depuis le 7 décembre 1990 !

Aujourd’hui tout se gère à l’aune de la « communication ». Monsieur Hulot était pour le Président Macron une splendide prise médiatique. Il a plutôt une bonne tête. Depuis Ushuaia, l’émission qui l’a rendu célèbre, il jouit de la faveur de l’opinion. De surcroît, Monsieur Hulot n’est pas vraiment un « Vert ». Il était là pour permettre au gouvernement de gérer cette petite frange de l’opinion qui met la notion vague d’écologie au sommet de ses priorités.

Soyons clairs : que les questions environnementales et la préservation des biens communs à toute l’humanité (eau, air, sol, etc…) soient d’une importance primordiale, je suis le premier à en convenir. Mais il en va tout autrement de l’idéologie des Verts qui est une forme de millénarisme : depuis 1945, l’humanité a substitué à son horizon le mythe de la catastrophe en lieu et place de celui du progrès. En réaction au nazisme, le philosophe allemand Hans Jonas a inventé le « principe de précaution ». Ce principe, inscrit dans notre Constitution, n’a rien de scientifique. Un gouvernement qui voudrait l’appliquer pleinement ne devrait pas se borner à abandonner le projet de Notre-Dame-des-Landes. Il lui faudrait fermer toutes les usines non seulement nucléaires mais chimiques, renoncer aux grands projets d’infrastructures, multiplier les conflits avec les agriculteurs et les entrepreneurs à force de réglementations tracassières. Tel n’était pas l’état d’esprit de Monsieur Hulot. Depuis qu’on sait qu’il ne trouvait plus le sommeil, l’opinion s’interrogeait : que cachait depuis six mois ce chantage public et permanent à la démission ? Comment se terminerait ce ballet d’hésitations ? Sur quel grand sujet le ministre choisirait-il de tomber ?

Depuis quelques jours, on respire : ce n’était que la chasse et la présence d’un « lobbyste » à l’Élysée ! Comme si les politiques ne passaient pas une grande partie de leur temps à écouter – et d’ailleurs à juste titre – les représentants des intérêts particuliers, leur tâche étant de faire prévaloir, in fine, l’intérêt général.

Rédigé par Chevenement.fr le 28/08/2018

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite à la démission de Nicolas Hulot du gouvernement.

La démission de Nicolas Hulot du gouvernement est la dernière figure d’un ballet d’hésitations contraire aux intérêts de l’Etat et devenu lassant depuis longtemps. La réception des chasseurs à l’Elysée n’est qu’un prétexte. En République, la concertation et l’écoute des intérêts particuliers sont normales avant la décision politique qui doit être guidée par le souci de l’intérêt général. Ce sont les soi-disant écologistes qui depuis trop longtemps se comportent comme un véritable lobby installé au cœur de l’Etat. Ils inspirent en matières énergétique, industrielle et agricole, des politiques qui sapent la compétitivité de la France. Celle-ci est le principal problème que nous avons à résoudre, comme en témoigne le déficit (75 milliards d’euros) de notre balance commerciale. Il est temps de se recentrer sur l’essentiel.

Abonnez-vous à la Newsletter

Facebook Twitter Rss

© Chevenement.fr 2015