Chevenement

Rédigé par Chevenement.fr le 08/10/2018

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite au décès de l'historien Michel Vovelle

Michel Vovelle restera entre le centenaire et le bicentenaire de la Révolution Française comme le cinquième des grands maîtres des études la concernant, après Aulard, Mathiez, Lefebvre et Labrousse auquel il aura succédé à la chaire d’Histoire de la Révolution Française de la Sorbonne.

Pressenti par mes soins en 1982 pour préparer le bicentenaire de la Révolution au sein de la commission des historiens du CNRS qu’il présida, il dut affronter la vague alors à son zénith du révisionnisme qui, derrière François Furet et dans le contexte de l’époque, entendait clore ce chapitre de notre histoire. Or la Révolution Française reste l’épisode central de l’histoire de France pour quiconque veut la comprendre et la continuer. François Furet, sacré Roi de la Révolution par les médias mainstream, la déclarait au mieux « terminée ». Au pire il cherchait à la discréditer comme la matrice du totalitarisme suivant en cela les vues de l’historien royaliste Auguste Cochin.

Michel Vovelle, avec une scrupuleuse honnêteté scientifique et un stoïcisme bonhomme, sut détourner le coup en renouvelant la problématique des études révolutionnaires à travers « l’histoire des mentalités » dont il était devenu le maître reconnu après la parution de sa somme sur La mort et l’Occident de 1300 à nos jours.

Michel Vovelle a su montrer que de la Révolution Française datent pour le monde entier la découverte de la politique, l’apprentissage de la citoyenneté par le vote, la naissance de l’opinion et l’éveil du militant. C’est de la Révolution que restent aujourd’hui le citoyen et l’exercice en commun de la souveraineté populaire.

Cet héritage républicain de la Révolution Française peut être subrepticement combattu par tous les tenants de la démocratie « post-moderne » et d’un « état de droit » déconnecté du suffrage universel. Il ne peut être mis en cause frontalement car il ne suffit pas de déclarer la Révolution Française « terminée » pour donner congé au citoyen et au suffrage universel. Ce combat est plus actuel que jamais.

Michel Vovelle s’est si bien acquitté de sa tâche qu’un grand historien britannique Eric Hobsbawn a pu ainsi déclarer en 2015 que : « La Révolution Française a été le point de départ de l’histoire moderne mondiale ».

D’avoir préservé et maintenu cet héritage nous resterons toujours redevables à Michel Vovelle. Rendant hommage à ce grand citoyen, homme de droiture et de fidélité, je m’incline avec une tristesse que partage, j’en suis sûr, toute la communauté scientifique devant la douleur de ses proches et de ses amis.

Rédigé par Chevenement.fr le 04/10/2018

Président de la Fondation Res Publica, Jean-Pierre Chevènement participait au débat organisé par le magazine Acteurs Publics sur le thème "L’éducation nationale forme-t-elle des citoyens ?", le 1er octobre 2018, et animé par Bruno Botella, directeur de la rédaction d'Acteurs Publics. Il débattait avec Florence Robine, rectrice de l'académie de Nancy Metz et de la région académique Grand Est, et François Weil, conseiller d'État, historien et ancien recteur d'académie.

Verbatim

  • Est-ce à l'Ecole de former les citoyens ? L'Ecole peut-elle enseigner les fondamentaux, former des jeunes qui trouveront un métier, les éduquer à la citoyenneté ?

    La première mission de l'Ecole est de former des citoyens. Mais qu'est-ce qu'un citoyen ? Dans la République, c'est une parcelle du souverain. L'ensemble des citoyens forment le peuple, qui est le titulaire de la souveraineté. Donc ce sont les citoyens qui doivent être les moteurs de l'action publique et pour ce faire, il faut qu'ils soient éclairés. Or ils ne peuvent l'être que par l'école. Le couple République-Ecole est donc consubstantiel.

    En transmettant des connaissances, l'Ecole forme des citoyens, même si ce n'est pas suffisant : il faut aussi expliquer comment fonctionnent les institutions de la République et comment on les meut.

    J'ai lu le rapport du Conseil d'Etat sur la citoyenneté (La citoyenneté. Etre (un) citoyen aujourd'hui, étude annuelle 2018, La Documentation française). Très heureuse initiative, mais je regrette que l'on prenne trop facilement parti, me semble-t-il, de ce qu'on appelle « la crise de la citoyenneté ». La citoyenneté a toujours été difficile ! Relisez Montesquieu, qui explique que la vertu est le principe des Républiques, et que la citoyenneté ne va pas sans abnégation parce qu'elle implique la préférence pour le bien collectif par rapport à l'intérêt individuel. L'amour des lois et de la patrie est l'essence même de la citoyenneté.

    L'hyper-individualisme ne date pas d'aujourd'hui : dans l'entre-deux guerres, on peut considérer qu'il avait gangrené le pays à un point considérable. La difficulté est toujours là. Il y avait des injustices sous la IIIème République, n'en faisons pas une République modèle, mais on luttait et on y croyait.

    La citoyenneté est indissociable de la foi républicaine. On pourrait dire « mystique républicaine » ? Péguy disait que la mystique républicaine, c'était mourir pour la République. On n'en demande pas tant ! Mais il y a ce dévouement à la chose publique qui peut être le fait d'un instituteur, d'un cheminot, d'un postier, et qui peut être admirable. Nous avons tous le souvenir des professeurs qui nous ont marqués et formés : ils faisaient bien leur métier ! Ils aimaient leur discipline et ils transmettaient cet amour à leurs élèves.

    Le ressort de la citoyenneté, c'est l'exercice de la souveraineté donc l'action politique. Comme le disait Jean Macé sous la IIIème République : « Nous faisons des électeurs mais pas des élections ». Nous formons le citoyen à juger de ce qu'est l'intérêt général en prenant appui sur sa capacité à raisonner. C'est le rôle de l'Ecole publique, ce qui implique qu'elle garde beaucoup de neutralité. L'Ecole ne doit surtout pas faire de propagande, ce qui est haïssable.

Rédigé par Chevenement.fr le 03/10/2018

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite au décès de Charles Aznavour

Ne pouvant être présent à l'hommage national de vendredi, je tiens à exprimer l'immense admiration que j'ai toujours éprouvée pour Charles Aznavour, véritable trésor national, que la France partage avec l'Arménie et tous les pays dans la langue desquels Charles Aznavour a chanté.

Quelle meilleure incarnation que Charles Aznavour de l'apport fait à la France d'un fils d'immigrants arméniens auxquels la France jadis a accordé une protection ?

Rédigé par Chevenement.fr le 01/10/2018

Communiqué de Jean-Pierre Chevènement suite au décès d'Antoine Sfeir

J'apprends avec tristesse le décès d'Antoine Sfeir. Celui-ci, à travers les Cahiers de l'Orient et de nombreuses émissions, a aidé à comprendre les enjeux du Moyen-Orient et de l'islam contemporain. C'est une grande perte pour tous ceux qui trouvaient en lui une réflexion tenant à l'objectivité.

J'adresse à ses proches mes condoléances attristées.

Rédigé par Chevenement.fr le 28/09/2018

Les actes du colloque du 20 juin 2018 sont disponibles en ligne sur le site de la Fondation Res Publica.

  • Accueil, par Jean-Pierre Chevènement, président de la Fondation Res Publica
  • Historique de la désinformation, par Jean-Michel Quatrepoint, journaliste économique, membre du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica, co-auteur avec Natacha Polony de Délivrez-nous du Bien. Halte aux nouveaux inquisiteurs (Editions de l'Observatoire, 2018)

Abonnez-vous à la Newsletter

Facebook Twitter Rss

© Chevenement.fr 2015