Chevenement
En retard d’une guerre

Rédigé par Jean-Pierre Chevènement le 21/02/2007 à 21:47 | Lu 8852 fois

35 heures chômage emploi flexibilité nicolas sarkozy travail

Nicolas Sarkozy met en avant la souplesse, la flexibilité, la fin des contraintes, etc. ainsi à travers la création d’un « contrat unique de travail ». Pas de chance pour lui, la bilan du CNE (contrat nouvelle embauche) fait apparaître que moins de la moitié seulement de ces contrats débouche, à terme, sur l’emploi. Ségolène Royal n’a plus qu’à ajouter : « C’est la précarité qui tue la valeur travail ».

Nicolas Sarkozy a calibré son programme en fonction d’une « certaine idée de la gauche », celle des 35 heures, du « partage du travail » et de l’assistanat. Pas de chance pour lui, Ségolène Royal réfute l’assistanat, vante le « donnant-donnant », se propose d’assouplir le régime des heures supplémentaires, met partout en regard des droits, les devoirs qui doivent les accompagner. Nicolas Sarkozy retarde d’une gauche. Il retarde d’une guerre.



Abonnez-vous à la Newsletter

Facebook Twitter Rss

© Chevenement.fr 2015